À TU(TU) ET POUR TOI… Lorsqu’il a appris que sa femme Linda était atteinte d’un cancer du sein, en 2003, l’Américain Bob Carey n’a eu qu’une seule envie : faire rire sa dulcinée tout au long de ses traitements de chimiothérapie. L’homme, photographe de profession, s’est donc emparé d’un tutu rose et a réalisé une série d’autoportraits loufoques un peu partout aux États-Unis et ailleurs dans le monde, allant jusqu’à braver pluie, neige et températures sous zéro. «Ces photos m’ont fait rire et m’ont aidée à rester positive. C’était comme si un superhéros enfilait sa cape», explique Linda, qui, en compagnie de son conjoint déjanté, a depuis mis sur pied The Tutu Project, une initiative visant à sensibiliser les gens à la cause du cancer. Un livre, The Ballerina Book, a même vu le jour.(via RT.com) À TU(TU) ET POUR TOI… Lorsqu’il a appris que sa femme Linda était atteinte d’un cancer du sein, en 2003, l’Américain Bob Carey n’a eu qu’une seule envie : faire rire sa dulcinée tout au long de ses traitements de chimiothérapie. L’homme, photographe de profession, s’est donc emparé d’un tutu rose et a réalisé une série d’autoportraits loufoques un peu partout aux États-Unis et ailleurs dans le monde, allant jusqu’à braver pluie, neige et températures sous zéro. «Ces photos m’ont fait rire et m’ont aidée à rester positive. C’était comme si un superhéros enfilait sa cape», explique Linda, qui, en compagnie de son conjoint déjanté, a depuis mis sur pied The Tutu Project, une initiative visant à sensibiliser les gens à la cause du cancer. Un livre, The Ballerina Book, a même vu le jour.(via RT.com) À TU(TU) ET POUR TOI… Lorsqu’il a appris que sa femme Linda était atteinte d’un cancer du sein, en 2003, l’Américain Bob Carey n’a eu qu’une seule envie : faire rire sa dulcinée tout au long de ses traitements de chimiothérapie. L’homme, photographe de profession, s’est donc emparé d’un tutu rose et a réalisé une série d’autoportraits loufoques un peu partout aux États-Unis et ailleurs dans le monde, allant jusqu’à braver pluie, neige et températures sous zéro. «Ces photos m’ont fait rire et m’ont aidée à rester positive. C’était comme si un superhéros enfilait sa cape», explique Linda, qui, en compagnie de son conjoint déjanté, a depuis mis sur pied The Tutu Project, une initiative visant à sensibiliser les gens à la cause du cancer. Un livre, The Ballerina Book, a même vu le jour.(via RT.com)

À TU(TU) ET POUR TOI… Lorsqu’il a appris que sa femme Linda était atteinte d’un cancer du sein, en 2003, l’Américain Bob Carey n’a eu qu’une seule envie : faire rire sa dulcinée tout au long de ses traitements de chimiothérapie. L’homme, photographe de profession, s’est donc emparé d’un tutu rose et a réalisé une série d’autoportraits loufoques un peu partout aux États-Unis et ailleurs dans le monde, allant jusqu’à braver pluie, neige et températures sous zéro. «Ces photos m’ont fait rire et m’ont aidée à rester positive. C’était comme si un superhéros enfilait sa cape», explique Linda, qui, en compagnie de son conjoint déjanté, a depuis mis sur pied The Tutu Project, une initiative visant à sensibiliser les gens à la cause du cancer. Un livre, The Ballerina Book, a même vu le jour.
(via RT.com)

Ces superbes clichés sont tirés du livre Espace > Terre, Notre planète vue par les satellites, de Yann Arthus-Bertrand. Dans l’ordre : le barrage d’Itaipu, à la frontière brésilo-paraguayenne; les Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove du monde, dans le golfe du Bengale; le mont Taranaki (Egmont), en Nouvelle-Zélande; le désert d’Ordos, en Chine. (via WIRED) Ces superbes clichés sont tirés du livre Espace > Terre, Notre planète vue par les satellites, de Yann Arthus-Bertrand. Dans l’ordre : le barrage d’Itaipu, à la frontière brésilo-paraguayenne; les Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove du monde, dans le golfe du Bengale; le mont Taranaki (Egmont), en Nouvelle-Zélande; le désert d’Ordos, en Chine. (via WIRED) Ces superbes clichés sont tirés du livre Espace > Terre, Notre planète vue par les satellites, de Yann Arthus-Bertrand. Dans l’ordre : le barrage d’Itaipu, à la frontière brésilo-paraguayenne; les Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove du monde, dans le golfe du Bengale; le mont Taranaki (Egmont), en Nouvelle-Zélande; le désert d’Ordos, en Chine. (via WIRED) Ces superbes clichés sont tirés du livre Espace > Terre, Notre planète vue par les satellites, de Yann Arthus-Bertrand. Dans l’ordre : le barrage d’Itaipu, à la frontière brésilo-paraguayenne; les Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove du monde, dans le golfe du Bengale; le mont Taranaki (Egmont), en Nouvelle-Zélande; le désert d’Ordos, en Chine. (via WIRED)

Ces superbes clichés sont tirés du livre Espace > Terre, Notre planète vue par les satellites, de Yann Arthus-Bertrand. Dans l’ordre : le barrage d’Itaipu, à la frontière brésilo-paraguayenne; les Sundarbans, la plus grande forêt de mangrove du monde, dans le golfe du Bengale; le mont Taranaki (Egmont), en Nouvelle-Zélande; le désert d’Ordos, en Chine. (via WIRED)

Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson. Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson. Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson. Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson. Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson. Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson. Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson.

Janol Apin a réalisé durant les années 1990 une série de photos illustrant avec humour les stations du métro de Paris. Il en a tiré un livre, Métropolisson.

BZZZZZarre… En Alsace, des abeilles sont rentrées à la ruche tachées de sirop bleu, vert et rouge après avoir butiné dans des poubelles installées autour d’une usine de friandises M&M ! «En cas de sécheresse ou de pénurie de fleurs, ces insectes peuvent changer de régime», rapporte National Geographic, qui ajoute que les apiculteurs ont été incapables de vendre les rayons de miel multicolores.

Photographe personnel d’Adolf Hitler dans les années 1930, Hugo Jaeger était fasciné par les nouveaux films couleurs. Sa série de photos réalisée dans le ghetto de Kutno (une petite ville de la Pologne), quelques mois après l’invasion de ce pays par les nazis, présente des hommes, des femmes et des enfants juifs d’une manière inusitée, vu le contexte : souriants et sereins en apparence. Déstabilisant… et bouleversant. (Trouvé via iMediaBuzzy) Photographe personnel d’Adolf Hitler dans les années 1930, Hugo Jaeger était fasciné par les nouveaux films couleurs. Sa série de photos réalisée dans le ghetto de Kutno (une petite ville de la Pologne), quelques mois après l’invasion de ce pays par les nazis, présente des hommes, des femmes et des enfants juifs d’une manière inusitée, vu le contexte : souriants et sereins en apparence. Déstabilisant… et bouleversant. (Trouvé via iMediaBuzzy) Photographe personnel d’Adolf Hitler dans les années 1930, Hugo Jaeger était fasciné par les nouveaux films couleurs. Sa série de photos réalisée dans le ghetto de Kutno (une petite ville de la Pologne), quelques mois après l’invasion de ce pays par les nazis, présente des hommes, des femmes et des enfants juifs d’une manière inusitée, vu le contexte : souriants et sereins en apparence. Déstabilisant… et bouleversant. (Trouvé via iMediaBuzzy) Photographe personnel d’Adolf Hitler dans les années 1930, Hugo Jaeger était fasciné par les nouveaux films couleurs. Sa série de photos réalisée dans le ghetto de Kutno (une petite ville de la Pologne), quelques mois après l’invasion de ce pays par les nazis, présente des hommes, des femmes et des enfants juifs d’une manière inusitée, vu le contexte : souriants et sereins en apparence. Déstabilisant… et bouleversant. (Trouvé via iMediaBuzzy)

Photographe personnel d’Adolf Hitler dans les années 1930, Hugo Jaeger était fasciné par les nouveaux films couleurs. Sa série de photos réalisée dans le ghetto de Kutno (une petite ville de la Pologne), quelques mois après l’invasion de ce pays par les nazis, présente des hommes, des femmes et des enfants juifs d’une manière inusitée, vu le contexte : souriants et sereins en apparence. Déstabilisant… et bouleversant. (Trouvé via iMediaBuzzy)

C’était il y a 12 ans.

http://instagram.com/p/eH3mVOIaMn/

La ville de Québec en 1940. Images d’archives de Radio-Canada.

Avez-vous déjà entendu parler du phubbing? Ce mot, une combinaison de snobbing et phone, inventé il y a un mois selon The Guardian désigne les gens qui utilisent leur cellulaire au restaurant, au bar ou dans d’autres situations alors que leurs amis sont présents. Une campagne “Stop Phubbing” a même été créée!

http://stopphubbing.com

Habituellement, le biathlon combine le ski de fond et le tir à la carabine. Mais les Russes ont inventé une variante : le biathlon… de chars d’assaut ! Pour cette première édition, le Kazakhstan, le Bélarus et l’Arménie ont répondu à l’appel de la Russie. Les chars devaient franchir un parcours d’environ 10 km, tout en évitant les obstacles, en effectuant des manoeuvres et en détruisant des cibles situées à 2 km de distance. Pour l’anecdote, c’est la Russie qui a triomphé, pour le plus grand plaisir du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Une histoire à lire sur Le Nouvel Observateur.

24h avec la Société de transport de Montréal (STM). Dans une vidéo d’animation publiée cet été, le Transportation Research at McGill (TRAM) montre en accéléré à quoi ressemble l’activité quotidienne des bus et des métros de la STM sur l’île de Montréal.

Quels sont les noms de famille les plus courants dans chaque pays ? Où les gens se sentent-ils le plus aimé ? Quel est le meilleur pays pour devenir mère ? Dans quels contrées du monde les hommes ont-ils les plus gros pénis et les femmes les plus gros seins ?Autant de questions que vous ne vous êtes jamais posées ? Quoique… Les «40 cartes qu’on ne vous enseigne pas à l’école», et son pendant plus sérieux, les «40 cartes qui expliquent le monde», sont riches en enseignements utiles… et moins utiles.
(via Big Browser) Quels sont les noms de famille les plus courants dans chaque pays ? Où les gens se sentent-ils le plus aimé ? Quel est le meilleur pays pour devenir mère ? Dans quels contrées du monde les hommes ont-ils les plus gros pénis et les femmes les plus gros seins ?Autant de questions que vous ne vous êtes jamais posées ? Quoique… Les «40 cartes qu’on ne vous enseigne pas à l’école», et son pendant plus sérieux, les «40 cartes qui expliquent le monde», sont riches en enseignements utiles… et moins utiles.
(via Big Browser) Quels sont les noms de famille les plus courants dans chaque pays ? Où les gens se sentent-ils le plus aimé ? Quel est le meilleur pays pour devenir mère ? Dans quels contrées du monde les hommes ont-ils les plus gros pénis et les femmes les plus gros seins ?Autant de questions que vous ne vous êtes jamais posées ? Quoique… Les «40 cartes qu’on ne vous enseigne pas à l’école», et son pendant plus sérieux, les «40 cartes qui expliquent le monde», sont riches en enseignements utiles… et moins utiles.
(via Big Browser)

Quels sont les noms de famille les plus courants dans chaque pays ? Où les gens se sentent-ils le plus aimé ? Quel est le meilleur pays pour devenir mère ? Dans quels contrées du monde les hommes ont-ils les plus gros pénis et les femmes les plus gros seins ?

Autant de questions que vous ne vous êtes jamais posées ? Quoique… Les «40 cartes qu’on ne vous enseigne pas à l’école», et son pendant plus sérieux, les «40 cartes qui expliquent le monde», sont riches en enseignements utiles… et moins utiles.

(via Big Browser)

Caprice en couleurs par Evelyn Lambart et par Norman McLaren, Office national du film du Canada

Oscar Peterson aurait eu 88 ans, aujourd’hui. Dans cette superbe animation datée de 1949 et publiée par l’Office national du film (ONF), Norman McLaren et Evelyn Lambart laissent libre cours à leur imagination pour transcrire quelques pièces du répertoire du trio Oscar Peterson.

 - « Je ne veux pas avoir à te tuer. »
 - « Je te tuerai sûrement en premier, de toute façon. Je pourrais te poignarder. »

Au camp d’été de Country Day ayant pour thématique Hunger Games, la série de livres à succès adaptée au cinéma, deux jeunes filles de 12 ans, Rylee Miller et Julianna Pettey, discutent de la manière dont elles vont s’entretuer.

En vain, les organisateurs du camp ont cherché à prendre leurs distances avec les thèmes de violence et de mort, très présents dans les livres et les films, afin de se focaliser sur le travail d’équipe et la précision. L’édifiant reportage de Lisa Gartner, du Tampa Bay Times, montre une excitation toute morbide des enfants pour les jeux proposés.

En Iowa, les pompiers ont été appelé… pour nettoyer deux éléphants! (Vidéo AP)

Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal. Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal.

Souvenirs, souvenirs… La Ronde, entre 1967 et 1970 (via MtlBlog). Photos © Archives de la Ville de Montréal.